Entretien avec Fanny Broyelle de Transfert : pratiques artistiques, fabrique de la ville et ambiances sonores

Transfert a été un lieu d’utopie urbaine à Rezé, près de Nantes, entre 2018 et 2022. En 2019, l’association Pick Up Production qui porte le projet centralise des recherches-actions au sein d’un laboratoire. L’objectif est de documenter l’impact d’un projet artistique de fabrique de la ville sur son territoire et les interactions engendrées entre différents acteurices. Quatre axes structurent cette recherche-action : être, vivre et agir ensemble ainsi qu’un axe transversal autour de la place de la fabrique du récit dans l’identité d’un territoire. Entre 2021 et 2022, deux ateliers autour des ambiances sonores ont été menés et documentés dans le cadre de ce « laboratoire indiscipliné » : « Écouter la ville #1 et Écouter la ville #2 ». Fanny Broyelle est directrice adjointe de Transfert et s’intéresse aux liens entre pratiques artistiques et fabrique de la ville d’un point de vue sociologique et méthodologique.

Comment en êtes-vous venus à utiliser le son comme outil de médiation dans le projet de laboratoire de Transfert ?

Cette thématique est d’abord apparue sous l’angle des nuisances sonores générées à la fois par le spectacle vivant mais aussi par la localisation du lieu. Nous sommes sous le couloir aérien, à 10 kilomètres d’un aéroport très fréquenté. Quand un avion passe, on ne s’entend plus parler. Mais il y a aussi la quatre voies de Pornic et la proximité du quartier festif de l’île de Nantes. En 2019, une étudiante de l’Université de Montpellier est venue faire des relevés sur l’impact sonore de notre présence avant et pendant l’installation de Transfert, sur le site mais également chez les riverains. Dans un second temps, nous avons travaillé sur l’acoustique de notre site en faisant appel à Arbane Groupe, pour tenter de générer le moins de nuisances possibles avec un dispositif de diffusion sonore. C’est en travaillant avec Laurent Lescop l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes (ENSA Nantes) et Bruno Suner du Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain (CRESSON) que nous avons commencé à aborder le bruit comme paysage sonore. C’est là que nous avons réalisé le premier atelier du laboratoire indiscipliné autour du son, « Écouter la ville #1».

Écouter la ville #1 – Crédit photo : Alice Grégoire.

Quels étaient les objectifs et le déroulé de ce projet ?

Nous avons travaillé à la fois avec des classes d’écoles voisines mais également avec des étudiants en architecture autour des perceptions du paysage sonore de notre site. En amont des relevés sur site, nous avons travaillé sur l’univers sonore : c’est quoi le son ? une ambiance sonore ? comment on les qualifie ? quels sont les sons de la ville ? Pour la séance de captation sonore, nous avions séquencé le site en trois espaces distincts. Puis, lors du retour en classe, nous avons qualifié et archivé ses sons pour réaliser une bibliothèque sonore. Ces sons ont été travaillés, modifiés, reproduits, mixés avec différents rythmes avec l’aide d’artistes.  Des étudiant.es en architectures ont pris le relais pour proposer des pavillons sonores, « les échos de Transfert », à partir des sons captés par les enfants.

Vous êtes partis des nuisances sonores, avez exploré le paysage sonore, pour finalement aller vers des sons peu perceptibles sans micro, le son des plantes. Écouter la ville #2 propose la réalisation d’un herbier sonore.

Pour « Écouter la ville #2 », nous avons travaillé avec le duo musical LaBotanique sur le son, après avoir identifié les essences des plantes présentes sur le site. Nous avons travaillé dans une perspective intergénérationnelle entre enfants et personnes âgées. Les personnes âgées mobilisaient leurs souvenirs sonores dans une perspective mémorielle. Les enfants, quant à eux, ont davantage travaillél’acuité sonore. Ils ont développé une appréhension de l’espace par le prisme du son et pris le temps de verbaliser, qualifier ces ambiances quotidiennes.

Écouter la ville #2 – Le son des plantes – Crédit photo. Alice Grégoire

Ces deux ateliers ont été documentés sur votre site avec des livrets qui font état à la fois de la démarche et de verbatim liés à ces expériences. Vous avez également proposé des balades sur site avec la vue occultée. Que permet ce protocole d’enquête « La traversée de Transfert » les yeux bandés ?

Nous étions habitués à guider des personnes non-voyantes pour assister ou participer à nos activités. Nous avons reproduit les gestes de guidage avec des déambulations les yeux bandés. Les personnes se déplaçaient selon leurs envies en étant suivi par un ou une accompagnateurice avec des comportements très différents. Certains se dirigeaient vers des ambiances bruyantes, d’autres, au contraire, étaient attirés par le calme. En occultant la vue, nous nous sommes rendus compte que ce sont l’ensemble des autres sens qui sont mobilisés : l’odorat, le toucher et pas seulement l’ouïe. Les participants évoquaient la nature du sol sur lequel iels marchaient.

En quoi le sonore ici permet de créer un récit collectif, un imaginaire particulier, dans votre quête d’une ville conviviale, au sens d’Ivan Illich ?

Ce sont des sons qui accompagnent notre quotidien, auxquels nous sommes attachés sans que nous en prenions toujours conscience. Lorsque le bruit des voitures ou celui des avions est davantage accepté que le bruit de la fête, cela raconte beaucoup de choses sur notre société. Nous avons développé un projet avec l’ENSA autour des « ruines sonores ». Le site de Transfert est situé sur un ancien bras de Loire qui a été un abattoir puis un espace de squat artistique. Nous avons mis en récit sonore ces différents sons qui l’ont constitué et qui racontent l’histoire de ces lieux.  

Que retenez-vous de ces différents ateliers autour du sonore mis en place dans le cadre du laboratoire de Transfert ?

Au début, nous souhaitions surtout questionner pour apaiser des réactions liées aux nuisances sonores que pouvaient générer l’installation de Transfert dans l’espace public pour les riverains. Le prisme artistique invite à libérer une parole intime, personnelle, sensible. Ce qui m’a marquée, c’est que le rapport au son est très subjectif. Certains vont trouver insupportable le piaillement des oiseaux alors que d’autres ne vont pas être gênés par le bruit des voitures. D’autres vont apprécier le son des cloches qui rythment leur quotidien ou ne plus supporter ce bruit. Chez les enfants, nous étions étonnés que ressorte le bruit des voitures comme un son qu’ils aiment, car rassurant, attaché à leur quotidien.

Pour aller plus loin

Thibaud, J.P. (2001). « La méthode des parcours commentés », In Grosjean, M. et Thibaud, J.P. (éds.) L’espace urbain en méthodes, Parenthèses, p. 79-99.



Citer ce billet
Caroline Venaille (2023, 3 juillet). Entretien avec Fanny Broyelle de Transfert : pratiques artistiques, fabrique de la ville et ambiances sonores. Creasons. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://creasons.hypotheses.org/526

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search